L’Association de personnes handicapées réclame plus d’accessibilité dans les endroits publics

L’accès aux services, aux loisirs et à la culture en toute sécurité et en autonomie est une nécessité pour tous, soutient l’APHD. (Photo : Archives gracieuseté)

COMMUNAUTÉ. Quartoze ans après la création de la politique de l’accessibilité universelle, l’Association de personnes handicapées de Drummond (APHD) déplore le nombre peu élevé d’endroits accessibles aux personnes à mobilité réduite.

«L’accessibilité universelle est un droit qui ne concerne pas uniquement les personnes handicapées. Elle est un devoir de citoyen afin de répondre à une réalité de notre société. Seulement à Drummondville, il y a plus de 13 000 personnes handicapées avec des limitations physiques ou cognitives. Elles ont besoin d’actions concrètes pour réduire les obstacles dans leurs déplacements quotidiens. L’accès aux services, aux loisirs et à la culture en toute sécurité et en autonomie est une nécessité pour tous», écrit l’organisme dans un communiqué, en marge de la Semaine nationale de l’accessibilité qui se tient jusqu’au 4 juin.

La Ville de Drummondville avec la participation de l’APHD et d’autres organismes concernés ont créé la Politique de l’accessibilité universelle afin de réduire ces obstacles en 2008. Toutefois, même si l’organisme reconnaît que des améliorations ont été apportées, il constate que les sites touristiques, les commerces et les sites communautaires ont un niveau très bas en accessibilité. En grand nombre, les établissements ne sont pas accessibles ou sont accessibles seulement avec de l’aide.

L’Association invite donc les propriétaires de commerces et de services, les organismes, la SDED, les institutions et la Ville de Drummondville à poursuivre toutes ses actions en matière d’accessibilité inclusive.

«La création de partenariats basés sur l’accessibilité est une priorité», soutient l’APHD.

 

 

 

Source : Journal l’Express, édition du 30 mai 2022 par Cynthia Martel.

 

 

Personnes handicapées- L’accessibilité universelle, pour tous, est-ce que Drummondville est pour tous ?

Photoreporter Éric Beaupré

L’accessibilité universelle est un droit qui ne concerne pas uniquement les personnes handicapées. Elle est un devoir de citoyen afin de répondre à une réalité de notre société. Seulement à Drummondville, il y a plus de 13 000 personnes handicapées avec des limitations physiques ou cognitives. Elles ont besoin d’actions concrètes pour réduire les obstacles dans leurs déplacements quotidiens.

 

Pour ce faire, en 2008, la Ville de Drummondville avec la participation de l’APHD et d’autres organismes concernés ont créé la Politique de l’accessibilité universelle afin de réduire ces obstacles. L’accès aux services, aux loisirs et à la culture en toute sécurité et en autonomie est une nécessité pour tous.

Aujourd’hui, 14 ans plus tard, même s’il y a eu des améliorations à l’accessibilité des services et des infrastructures municipales, on constate que les sites touristiques, les commerces et les sites communautaires ont un niveau très bas en accessibilité ce qui justifie plus d’intervention. En grand nombre, les établissements ne sont pas accessibles ou sont accessibles seulement avec de l’aide.

Pour l’Association de personnes handicapées de Drummond (APHD), la collaboration et la création des partenariats basés sur l’accessibilité sont une priorité. Par sa proximité avec les citoyens, elle veut inviter les propriétaires de commerces et de services, les organismes, la SDED, les institutions et la Ville de Drummondville à poursuivre toutes ses actions en « Accessibilité : inclusive dès le départ ».

Source : Journal Vingt55 édition du 27 mai 2022.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Semaine québécoise des personnes handicapées – Du 1er au 7 juin 2022

 

Au Québec, plus d’un million de personnes ont une incapacité, selon l’Enquête canadienne sur l’incapacité de 2017. Cette incapacité les rend susceptibles de rencontrer des obstacles dans la réalisation de leurs activités de tous les jours. En cette Semaine québécoise des personnes handicapées, la porte-parole Rosalie Taillefer-Simard nous invite à agir pour accroître leur pouvoir d’agir. Du 1er au 7 juin, ouvrons-nous à la différence et laissons-les contribuer à 100 % de leurs capacités. 

Voici le lien pour la page facebook : https://www.facebook.com/Officepersonneshandicapees

Semaine nationale de l’accessibilité – Du 29 mai au 4 juin 2022

Communiqué

Pour diffusion immédiate

 « L’accessibilité universelle, pour tous »

La municipalité, les établissements et les propriétaires de commerces et de services font partie de la solution

Drummondville, le 27 mai 2022. L’accessibilité universelle est un droit qui ne concerne pas uniquement les personnes handicapées. Elle est un devoir de citoyen afin de répondre à une réalité de notre société. Seulement à Drummondville, il y a plus de 13 000 personnes handicapées avec des limitations physiques ou cognitives. Elles ont besoin d’actions concrètes pour réduire les obstacles dans leurs déplacements quotidiens.

Pour ce faire, en 2008, la Ville de Drummondville avec la participation de l’APHD et d’autres organismes concernés ont créé la Politique de l’accessibilité universelle afin de réduire ces obstacles. L’accès aux services, aux loisirs et à la culture en toute sécurité et en autonomie est une nécessité pour tous.      

Aujourd’hui, 14 ans plus tard, même s’il y a eu des améliorations à l’accessibilité des services et des infrastructures municipales, on constate que les sites touristiques, les commerces et les sites communautaires ont un niveau très bas en accessibilité ce qui justifie plus d’intervention. En grand nombre, les établissements ne sont pas accessibles ou sont accessibles seulement avec de l’aide.

Pour l’Association de personnes handicapées de Drummond (APHD), la collaboration et la création des partenariats basés sur l’accessibilité sont une priorité. Par sa proximité avec les citoyens, elle veut inviter les propriétaires de commerces et de services, les organismes, la SDED, les institutions et la Ville de Drummondville à poursuivre toutes ses actions en « Accessibilité : inclusive dès le départ ».

 Est-ce que Drummondville est pour tous? Imaginez-la accessible!

-30-

Contact : Diana Ramirez, APHD – 819 477 7787 – accessibilite@aphdr.ca

Centraide – L’APHD reçoit le prix Rayonnement !

Bravo à toute l’équipe!
 
 
 
Peut être une image de 1 personne et intérieur
 
 
Prix de reconnaissance de Centraide catégorie « Rayonnement »
Récipiendaire du prix Rayonnement
 
L’Association des personnes handicapées de Drummond est un leader dans la promotion et la défense des droits des personnes handicapées. Nous avons été témoins du travail colossal réalisé par l’équipe de permanence, afin de favoriser le maintien, l’amélioration et la création de services destinés aux personnes vivant avec un handicap à Drummondville tout en représentant ses membres dans les différentes tables de concertation ainsi qu’auprès des instances municipales, gouvernementales et parapubliques.
 
 
 
Voici le lien internet si vous voulez plus d’information : 
 

La rue Saint-Albert sera plus sécuritaire pour les élèves de Saint-Joseph

MUNICIPAL. Située dans le quartier Saint-Joseph, la rue Saint-Albert sera complètement refaite cet été. À terme, le chantier de 1 M$ rendra plus sécuritaire ce tronçon pour les élèves qui fréquentent l’école Saint-Joseph.

La rue Saint-Albert, entre les rues Saint-Damase et Saint-Jean, sera transformée. Les travaux comprennent l’ajout de traverses surélevées en façade de l’école primaire et du parc Gérard-Perron ainsi que des avancées de trottoir au coin de la rue Saint-Jean. La piste cyclable sera déplacée. Les deux accès au stationnement du marché public seront fermés sur la rue Saint-Albert, puis végétalisés.

La rue Saint-Albert deviendra à sens unique vers le sud, soit en direction de la rue Saint-Jean. Avec ce changement, un débarcadère scolaire sera aménagé pour les autobus scolaires et pourra permettre le stationnement en bordure de rue. L’objectif : rendre les abords de l’école Saint-Joseph plus sécuritaires, notamment pour ses quelque 370 élèves.

«La rue Saint-Albert est achalandée. Lors de l’arrivée et du départ des élèves, la cohabitation est problématique entre les différents usagers. Le projet de réfection de la rue est accueilli avec joie, autant par le personnel, les parents que les élèves», indique la directrice de l’école Saint-Joseph, Annie Lamoureux.

Excavation McBM, de Saint-Edmond-de-Grantham, réalisera les travaux dès la fin de l’année scolaire, à la fin juin. Le chantier doit être complété à temps pour la prochaine rentrée scolaire.

Aperçu des changements qui seront apportés à la rue Saint-Albert.

«Le quartier Saint-Joseph constitue une véritable mosaïque de personnes et d’entreprises. C’est un quartier multigénérationnel, diversifié, où les activités citoyennes, collectives et commerciales s’inscrivent dans un mode de vie actif et collaboratif. Ce nouveau concept de rue complète va donner un nouveau souffle au quartier Saint-Joseph, en plus de protéger les enfants qui se rendent à l’école Saint-Joseph», fait valoir Isabelle Duchesne, conseillère municipale du district 7.

Le fruit d’une longue réflexion  
Présent à la conférence de presse mercredi, l’ancien conseiller municipal du secteur, Alain Martel, rappelle que la sécurité entourant l’école Saint-Joseph fait partie des discussions depuis plusieurs années, soit avant même son arrivée au conseil municipal en 2005.

Une réflexion s’est officiellement amorcée en 2016 afin de définir le concept d’aménagement de la rue Saint-Albert dans le cadre de la revitalisation urbaine intégrée du quartier Saint-Joseph.

Parallèlement, la Ville de Drummondville, en partenariat avec le Centre de services scolaire des Chênes et Réseaux plein air Drummond, s’est inspiré du rapport d’activités du programme À pied, à vélo, ville active de Vélo Québec, publié en 2020. Ce programme vise à favoriser les déplacements durables et sécuritaires sur les parcours scolaires des écoles primaires du Centre de services scolaire des Chênes sur le territoire de Drummondville.

«La rue Saint-Albert est la première à subir une réfection majeure, mais ce qu’on veut, c’est établir un standard autour des écoles pour qu’il y ait une habitude qui se crée, que les gens associent une certaine conception à un environnement scolaire et adaptent ainsi leur comportement routier en conséquence», souhaite le directeur général de Réseaux plein air, Étienne Hamel.

«Avec les autobus scolaires, les parents qui viennent porter ou chercher leurs enfants et les élèves qui marchent au travers de ça, il y a un chao autour des écoles primaires depuis de nombreuses années et tout le monde tient ça pour acquis. De plus en plus, il y a une remise en question de ce concept. C’est important de mettre une pancarte 30 km/h, mais si on ne met pas d’aménagement en conséquence, c’est comme donner un briquet à un enfant et lui dire de ne pas jouer avec le jeu», compare-t-il.

En plus d’être fréquentée par les piétons et les automobilistes, la rue Saint-Albert, traversée par la Route verte, amène plus de 60 000 passages cyclistes annuellement estime la Ville.

«L’aménagement de la rue Saint-Albert est un pas de plus vers une ville encore plus sécuritaire pour tous les usagers de la route. Les nouvelles installations répondent à un besoin réel de revoir ce secteur névralgique du quartier, en plus d’intégrer des éléments demandés lors d’une consultation publique», souligne la mairesse de Drummondville, Stéphanie Lacoste.

Depuis 2016, plusieurs changements ont été apportés au quartier Saint-Joseph. «Il reste encore six phases, dont la réfection du parc Curé-Demers, la réfection du stationnement du marché public et la revitalisation de la rue Saint-Jean», fait savoir la mairesse.

À ce jour, la Ville a procédé à la réfection du parc Gérard-Perron, comprenant notamment l’ajout d’un skateplaza, de surfaces sportives, de jeux d’eau et de végétaux. L’entrée du stationnement du marché public a également été refaite au cours des dernières années.

Source : Journal L’Express, édition du 11 mai 2022

ACCÈS-LOISIRS BIENTÔT AU CENTRE-DU-QUÉBEC

C’est quoi Accès-Loisirs ?

En partenariat avec plusieurs organismes communautaires, municipaux et  privés, Accès-Loisirs Québec offre aux  personnes de 0 à 99 ans vivant une situation de faible revenu la possibilité de  participer à des activités de loisir gratuitement et ce, dans le  respect et la confidentialité. Cette opportunité permet à la clientèle inscrite de briser l’isolement et de participer à la vie sociale de son quartier au même titre que tous les autres citoyens et citoyennes. En ce sens, Accès-Loisirs Québec joue un rôle important dans la  réduction des barrières d’exclusion sociales et ses actions contribuent à lutter contre la pauvreté.

Bonne nouvelle , nous serons la prochaine ville à bénéficier de ce partenariat en septembre 2022. Donc, voici les conditions pour être admissible :

Votre revenu familial avant impôt doit être inférieur au seuil indiqué ci-dessous : 

La solidarité, l’équité, l’accessibilité, l’autonomie ainsi que le respect de la dignité humaine sont des valeurs fondamentales de l’organisme. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter le site internet ci-dessous : 

https://www.accesloisirsquebec.com

 

 

 

 

 

C’est le mois de l’ouïe et de la communication !

    

Cette campagne vise à démontrer l’étendue des troubles de l’audition et de la communication ainsi que leurs impacts au quotidien

8 faits pour mieux comprendre les troubles de l’audition :

  • Déficience auditive

Selon l’organisation mondiale de la santé, près de 2.5 milliards de personnes dans le monde, soit une personne sur quatre, présenteront une déficience auditive à des degrés divers d’ici 2050.

  • Agir sans attendre

La difficulté à se concentrer, la fatigue et l’isolement sont tous des signes et symptômes de la surdité. Pourtant, même si une personne pense avoir une perte auditive, il a tout de même un délai moyen de sept ans ou plus avant qu’elle demande de l’aide.

  • Baisse le son

La surdité causée par l’exposition à des niveaux de bruit trop élevés en milieu de travail occupe la deuxième place des maladies professionnelles les plus fréquemment indemnisées au Québec.

  • Cause

Les principales causes de la perte d’audition sont l’exposition au bruit et le vieillissement. Seulement 5 % des problèmes de surdité sont d’origine génétique.

  • Acouphènes

On estime qu’un million de personnes au Québec souffrent d’acouphènes, qui sont des bruits (sifflements, bourdonnements, grésillements, craquements, etc.) entendus par une personne de manière continue ou intermittente, qui ne proviennent pas d’une source extérieure.

  • À la naissance

Au Québec, de 4 à 6 enfants sur 1000 naissent avec une déficience auditive permanente. Le dépistage auditif à la naissance permet de détecter la présence d’une surdité dès les premiers mois de vie et d’entreprendre rapidement les interventions nécessaires.

  • Chez les enfants

La déficience auditive peut aussi se développer après la naissance. On estime qu’elle occupe la deuxième place des troubles les plus fréquents chez les enfants, après le trouble visuel.

  • Audiologistes

Une personne sur cinq vivant avec un problème de surdité sous-estime largement sa perte auditive. C’est pour ça que les audiologistes existent!

Pour avoir plus d’information voici les coordonnées de l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec :

Sans frais : 1 888 232-9123

Courriel : info@ooaq.qc.ca

Semaine de l’action bénévole du 24 au 30 avril 2022

 

L’empathie est une qualité qui aide les gens à établir des rapports avec les autres et à les sensibiliser à différentes expériences. À partir d’idées et d’actions, elle permet de nouer des liens fondés sur des objectifs et des espoirs communs. 

Le bénévolat peut nous aider à développer notre empathie et à voir le monde à travers les yeux de quelqu’un d’autre.  Il permet à des gens de différents milieux et aux expériences variées de se rapprocher.  Il élargit notre vision.  Il nous aide à renforcer notre capacité à travailler ensemble et à contribuer à une collectivité dynamique et inclusive. 

D’un océan à l’autre, qu’il s’agisse d’occasions formelles ou informelles, les bénévoles créent des collectivités bienveillantes, collaboratives et empathiques.  Au cours de la Semaine de l’action bénévole 2022, nous célébrerons les contributions des millions de bénévoles canadiens, plus particulièrement leurs actions, leur compréhension et leur souci réel pour le monde qui les entoure. 

En mettant l’empathie en action, le bénévolat permet d’édifier des collectivités où les gens sont plus heureux, en meilleure santé et plus accueillants, ce qui contribue à créer un Canada plus fort et plus rapproché. 

QU’EST-CE QUI S’EN VIENT EN SEPTEMBRE ?

En collaboration avec l’AQRIPH, nous organisons un groupe de discussion avec une dizaine de personnes handicapées sur les services d’aide à domicile (SAD).

L’objectif de ce groupe de discussion est d’identifier ce qui va bien, ce qu’il faut maintenir, ce qu’il faut améliorer et ce qui est à proscrire dans la dispensation des services d’aide à domicile pour les personnes handicapées.

Pour les participants, ce sera une occasion privilégiée pour orienter les demandes de l’Alliance québécoise des regroupements régionaux pour l’intégration des personnes handicapées (AQRIPH) en matière d’aide à domicile auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et des autres intervenants du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS). Cela pourra contribuer à l’amélioration des services dans le sens des attentes des personnes qui reçoivent du Soutien à domicile.

Déroulement du groupe de discussion

Le groupe de discussion se déroulera à partir de questions que l’animateur posera aux participants. Essentiellement deux thèmes seront abordés : le choix, les avantages et les inconvénients de chaque modalité de services (soit le chèque emploi-service ou bien les services sous la responsabilité directe de l’établissement); et la satisfaction par rapport aux services dispensés (évaluation des besoins – est-ce bien évalué? Quantité de services accordés; satisfaction des services rendus sur le plan qualitatif; qualité de l’intervention, qualité de la personne qui donne les services, etc.).

Compensation :

  • Les participants recevront une compensation de 75 $

Vous pouvez vous inscrire en nous appelant au 819-477-7787.