Archives de l’auteur : Anick Demontigny

DON DE RICHARD PELLERIN

M. Richard Pellerin, président de l’APHD nous a fait don de cette magnifique œuvre qu’il a reproduit à l’échelle de grandeur nature. Cet ouvrage sera exposé en permanence dans les locaux de notre association. L’APHD tient à remercier Monsieur Pellerin pour ce magnifique cadeau !

Mot du président

Tenacité

C’est avec beaucoup d’humilité que j’ai peint cet être humain en fauteuil, se battant pour briser ses chaînes, un maillon à la fois sans relâche.

Cette peinture est lourdes de sens, toutes les embûches qui nous empêchent d’avancer, de progresser et de rayonner. Ce combat continuel à vouloir vivre de façon sereine sans chaîne malgré tout. Les chaînes engendrées par notre manque de confiance, par le regard de la société face à notre différence, à notre manque d’estime de soi et de na pas assez s’aimer.

Tous les obstacles que les personnes vivant avec un handicap rencontrent dans leur quotidien : par exemple le manque d’accès aux fauteuils roulants, les accès trop abrupts, le manque de signaux sonores pour les personnes avec une déficience visuelle, les salles de bain non adaptées et j’en passe. Tout cela représenté par les chaînes qui nous empêchent de persévérer.

Cette peinture est lumineuse et pleine d’espoir, car on réussit à briser les maillons des chaînes…Par notre ténacité et notre volonté d’aller toujours plus loin.

De votre humble peintre Richard Pellerin

SEMAINE QUÉBÉCOISE DES PERSONNES HANDICAPÉES – DU 1ER JUIN AU 7 JUIN

La Semaine québécoise des personnes handicapées est soulignée du 1er au 7 juin. La porte-parole de la Semaine, Rosalie Taillefer-Simard, et l’ambassadeur, Luca Patuelli, vous invitent à souligner cette édition sous le thème« Contribuer à 100 % ».

Saviez-vous que plus d’un million de personnes ont une incapacité significative et persistante qui les rend susceptibles de rencontrer des obstacles dans la réalisation de leurs activités? En effet, la société n’est pas toujours adaptée à leurs besoins. C’est pourquoi la Semaine met en lumière les défis encore présents. Elle met en relief les actions à poser pour rendre notre monde plus inclusif. Parce qu’encore aujourd’hui, il faut continuer d’agir pour améliorer la participation sociale des personnes handicapées.

Toutes les actions posées comptent plus que vous ne l’imaginez, qu’elles soient individuelles ou collectives. Reconnaissez l’étendue des capacités des personnes handicapées pour qu’elles puissent exercer un plein pouvoir sur leur vie. Saisissez toutes les occasions qui se présentent à vous pour réduire les obstacles qu’elles rencontrent.

Votre bienveillance et vos actions peuvent aider une personne à s’impliquer dans la société, à être autonome, à prendre sa place et à se sentir bien.

Dans un monde plus inclusif, les personnes handicapées peuvent se réaliser. Laissons-les contribuer à 100 % de leurs capacités!

Visitez https://www.ophq.gouv.qc.ca/evenements/semaine-quebecoise-des-personnes-handicapees.html

ART-IN+

Des œuvres qui font du bien en montre à la bibliothèque

Les artistes ont utilisé le style figuratif mêlé à quelques influences impressionnistes.

Le 10 mai 2023 

ARTS VISUELS. Jusqu’au 25 juin prochain, l’Espace nouveautés de la bibliothèque publique de Drummondville présente l’exposition ART-IN+ : vers une obscurité plus lumineuse, une réalisation de l’artiste Diana Ramirez et de ses artistes-élèves de l’Association des personnes handicapées de Drummond (APHD).

Dans un style figuratif mêlé à quelques influences impressionnistes, Diana Ramirez partage avec le spectateur, de manière artistique, ses sentiments face à un diagnostic de dégénérescence maculaire, une maladie chronique qui cause une perte visuelle significative.

De l’art inclusif, pour une société plus humaine

Pour cette exposition, Diana Ramirez s’allie à des artistes-élèves de l’APHD, soit Angela Lebel, Diane Hervé, Francis Boulet, Louise Matteau, Nancy Desharnais, Richard Pellerin et Tania Desjardins, dont les créations s’inscrivent également dans un style figuratif, riches en couleurs et en textures. Les œuvres des artistes-élèves respectent l’intérêt, le style et les possibilités individuels de chacun.

Situé à la bibliothèque publique, l’Espace nouveautés accueille quatre expositions par année afin d’offrir un accès privilégié aux œuvres d’artistes amateurs, émergents et professionnels.

Source : Journal l’Express, édition du 10 mai 2023

AVRIL – LE MOIS DE L’AUTISME

Petite histoire du Mois de l’autisme

Il faut remonter aux années 1970 pour trouver une trace du premier mois de l’autisme. Selon la Autism Society (Maryland), c’est à cette période qu’est née, aux États-Unis, la première édition du mois de sensibilisation. Le mois d’avril est resté depuis ce temps le mois de l’autisme aux États-Unis.

Au Canada, c’est octobre qui a été choisi comme mois de sensibilisation à l’autisme. Autism Society Canada a largement contribué à sa reconnaissance il y a de cela 8 ans.

Le Québec, quant à lui, n’a pas suivi ce courant et a conservé le mois d’avril, essentiellement parce qu’octobre est le mois de collecte de fonds de l’organisme Centraide et que les associations régionales n’auraient pas pu organiser des levées de fonds en même temps. En décembre 1983, la première semaine de l’autisme est mise sur pied par la Fédération québécoise de l’autisme (alors Société québécoise de l’autisme). Elle se transforme dès avril 1984 en mois de l’autisme.

Comment le mois de l’autisme est-il célébré?

Le 2 avril : Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme. Depuis décembre 2007, le 2 avril a été déclaré Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme par l’Organisation des Nations Unies. Chaque année, la Fédération québécoise de l’autisme profite de cette journée pour sensibiliser le grand public aux besoins des personnes autistes et de leurs familles.

Faites briller le Québec en bleu. Suivant le mouvement international « Light It Up Blue », initié par Autism Speaks, le Québec illumine en bleu ses monuments célèbres et ses habitants se vêtissent de bleu afin de sensibiliser la population au sujet de l’autisme.

Pourquoi en bleu ? Le bleu est une couleur calmante, apaisante, réconfortante. De plus, on a longtemps considéré que l’autisme était presque cinq fois plus fréquent chez les garçons (1 garçon sur 43) que chez les filles (1 fille sur 189): le bleu symbolisait la prévalence de l’autisme chez les garçons. Les études actuelles montrent que l’autisme au féminin a été pendant de nombreuses années sous-diagnostiqué.

Et si on faisait plutôt briller l’autisme dans toute sa diversité? Depuis quelques années, des commentaires (notamment sur les réseaux sociaux) pointent du doigt l’utilisation exclusive de la couleur bleue dans le cadre de la journée du 2 avril, journée internationale de sensibilisation à l’autisme. Attentives aux mouvements de pensée qui traversent la communauté, la Fédération et les 16 associations régionales en autisme ont donc fait le choix d’adapter le slogan en 2022. Notre conviction ? Toutes les couleurs du spectre de l’arc-en-ciel sont les bienvenues pour promouvoir une société plus inclusive pour les personnes autistes, par les personnes autistes. En bleu, en rouge, en vert… Faisons briller l’autisme dans toute sa diversité.

Source : Fédération Québécoise de l’Autisme